· Divers

Se lancer dans un deuxième emploi: plan en or ou mission impossible?

Photo: Pixabay
Photo: Pixabay


En ces temps économiques incertains, plusieurs considèrent trouver un deuxième emploi afin d’ajouter un revenu supplémentaire à leur emploi principal. Arrondir ses fins de mois avec quelques heures de plus peut sembler une idée alléchante, mais est-ce le bon plan pour vous? Voici quelques points à considérer avant de plonger dans cette prochaine étape. 


En 2019, plus de 215 000 Québécois travaillaient pour deux emplois ou plus. Cette statistique marque une augmentation de 20% par rapport aux cinq dernières années. 


Deux options se présentent à nous lorsqu’on manque d’argent: soit couper dans nos dépenses, soit augmenter nos revenus. En temps de crise, un deuxième emploi peut vous sauver les fesses, surtout en raison d’heures et d’achalandage réduits. Après la pandémie, cette nouvelle routine pourrait vous permettre d’économiser pour un plus gros projet. Le rêve, n’est-ce pas? 


Ce qu’il est important de prendre en considération, c’est que la motivation financière pour un deuxième emploi ne doit pas prendre le dessus sur votre santé mentale et physique. L’épuisement peut se pointer le bout du nez un peu trop rapidement - faites attention! Un gain financier ne vous servira pas si vous négligez votre famille et bien-être. 


Prenez aussi le temps de bien réfléchir à la bonne voie à prendre pour vous. Trouvez un deuxième emploi qui fonctionne bien avec votre personnalité et dans lequel vous serez à l’aise. Un deuxième emploi n’est pas nécessairement le bon endroit pour sortir de votre zone de confort. Même si vous essayez quelque chose de nouveau, allez-y avec quelque chose qui offrira au moins un élément de familiarité, que ce soit le service à la clientèle, les produits offerts, ou autre. Cela facilitera grandement la transition. 


Faire attention à la menace de l’épuisement est important non seulement pour votre santé, mais aussi pour votre futur professionnel. Si vous tombez malade ou en burnout, car vous vous dépassez un peu trop, ce sera vos deux emplois qui en souffriront. Votre emploi principal en essuiera les conséquences, et cela peut jouer contre vous. 


De plus, le temps n’est pas toujours synonyme d’argent. Investir trop de temps dans une activité qui vous apportera un revenu minimal ne vaut peut-être pas la peine. Prenez le temps de considérer si l’idée est réellement rentable. Souvent, un deuxième emploi est avantageux pour un travailleur autonome, mais trouver la combinaison gagnante est primordial. 


Faites aussi attention de ne pas tomber dans le piège des offres d’emplois frauduleuses. Celles-ci étaient en haut de la liste des arnaques ayant le plus touché les Canadiens et Américains en 2019. De faux employeurs offrent des emplois trop beaux pour être vrais, ce qui peut mener à des arnaques que plusieurs ne voient pas venir. De plus, la ligne est mince et floue entre la vente pyramidale (interdite au Canada) et la vente à paliers multiples (encore légitime au pays). 


L’urgence d’obtenir un revenu supplémentaire, surtout durant une crise économique, peut vous pousser à manquer de recul émotif. Une période de réflexion est cruciale avant de prendre une décision. N’hésitez pas à demander de l’aide d’un membre de votre famille ou d’un conseiller en orientation.


Et rappelez-vous: l’argent facile n’existe pas. 


Et n'oubliez pas que l’impôt, lui, existe bel et bien! Un employeur, lors du processus de retenues sur votre paie, considère qu’il est votre seul employeur. Si vous cumulez plusieurs emplois à bas salaire, votre salaire cumulatif peut vous faire changer de tranche d’imposition. Il est conseillé d’ajuster vos retenues directement auprès de vos employeurs. 


Pour obtenir plus d’informations sur les modifications à faire à vos impôts et pour consulter l’article complet, lisez le texte original ici


Laurie Dumas-Ruel

Laurie Dumas-Ruel est la Rédactrice web pour Hotelleriejobs ainsi qu'une auteure de fiction dans ses temps libres. Elle a travaillé en restauration aux côtés de touristes pendant plusieurs années et adore explorer comment les ressources humaines et les industries de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme sont interconnectées.