· Divers

Travailler 4 jours, l’idée vous séduit?

Photo de picjumbo.com provenant de Pexels
Photo de picjumbo.com provenant de Pexels

Travailler quatre jours, et profiter d’un long week-end chaque semaine. L’idée vous séduit ? Elle suscite en tout cas l’intérêt de plusieurs entreprises au Québec, même si elle est loin d’être généralisée. 


Le studio de jeux vidéo Eidos, la jeune pousse Edibox, ou encore la PME Poches & Fils ont en commun d’avoir essayé la semaine de travail réduite. Et devinez quoi ? Elles l’ont adoptée. 

« Nous n’avons pas remarqué d’impact négatif ni sur nos ventes ni sur le volume d’affaires », m’a expliqué cette semaine Camille Hamelin, cheffe de la direction de Poches & Fils. Au cours des trois derniers mois, la PME montréalaise a testé la semaine de quatre jours. Son chiffre d’affaires, qui se compte en millions de dollars, est demeuré intact. 

Même si l’entreprise a réduit le nombre d’heures travaillées par semaine de 40 à 32, la vingtaine d’employés a conservé le même salaire annuel. 

« On a fait le pari que, sur le long terme, l’opération allait être rentable, surtout parce qu’on pense que ça va augmenter le bien-être de chaque personne », m’a expliqué celle qui dirige l’entreprise. 

Attractivité

Sur place, rue Parthenais, les employés sont unanimes : ce nouveau rythme a changé leur vie. « C’était un argument majeur pour venir travailler ici. Je cherchais surtout des façons de concilier travail et vie personnelle », mentionne Véronique, mère de famille et cheffe du marketing, qui terminait sa première semaine au sein de l’entreprise. 

Dans la jeune génération, la semaine de quatre jours devient un redoutable argument de rétention et de recrutement.


Pour lire la suite: qub.ca

Hotelleriejobs.com

Le site des professionnels en hôtellerie, restauration et tourisme