· Divers

Civilité, vous dites ?

Au cours de sa carrière, qui n’a jamais rencontré un collègue qui sacrait pour un oui ou pour un non ou bien un gestionnaire qui hurlait sur les membres de son équipe quand la pression montait ?

Même si ces personnes n’étaient peut-être pas malintentionnées, il n’en demeure pas moins que les conséquences sur l’ambiance au boulot peuvent être catastrophiques. Eh oui ! L’incivilité cause des ravages en milieu de travail.

La civilité, c’est entre autres :

  • Sourire à ses collègues en arrivant au travail ;
  • Prendre quelques minutes chaque jour pour discuter avec les membres de son équipe ;
  • Aider un collègue mal pris (embourbé de travail ou en situation difficile avec un client, par exemple) ;
  • Arriver à l’heure aux réunions et laisser son téléphone intelligent de côté.

Au contraire, l’incivilité, c’est notamment :

  • S’attribuer le mérite de la réalisation d’un autre ;
  • Utiliser un ton arrogant ou condescendant ;
  • S’exprimer de façon grossière ;
  • Répandre des rumeurs ;
  • Émettre des commentaires négatifs et non constructifs ;
  • Communiquer sciemment de l’information erronée ;
  • Médire de ses collègues et porter des jugements à leur égard.

Réagir à l’incivilité

Chose certaine, si l’incivilité est tolérée dans votre organisation, l’ambiance de travail et la motivation collective s’en ressentiront. Vous devez donc, en tant qu’entrepreneur, définir ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Comment ? En mettant en place un code de civilité qui traduit les valeurs de votre organisation et définit les attitudes et comportements attendus. La clé : la simplicité ! Tout doit être expliqué le plus simplement possible.

Déterminer les comportements à adopter et à éviter représente le premier élément de votre code de civilité. Le deuxième élément constitue les actions à entreprendre en cas d’incivilité.

Voici quelques exemples :

  • La personne qui se sent victime d’incivilité devrait en parler sans tarder à celle qui a eu un mauvais comportement à son égard. Elle ne doit pas attendre en espérant que le comportement cesse tout seul ou que le temps arrange les choses.

  • Si le comportement ne change pas, malgré quelques discussions, l’employé doit en parler avec son gestionnaire.

  • Le gestionnaire rencontre la personne au comportement présumé irrespectueux pour lui demander sa version des faits et lui rappeler l’importance de la civilité. Puis, le gestionnaire rencontre les deux employés et les amène à régler le conflit.

  • Si la situation perdure, le gestionnaire prend les mesures disciplinaires qui s’imposent pour éviter que la situation ne dégénère.

Mais attention ! Il ne suffit pas de rédiger un beau code de civilité et de le jeter aux oubliettes. Il faut l’appliquer, sinon vous risquez de perdre de la crédibilité aux yeux des membres de votre organisation.

Comment se porte la civilité dans votre organisation ? Pour le savoir, répondez au questionnaire conçu par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Vos résultats en diront beaucoup sur la situation.

Respect, collaboration, ouverture, courtoisie et savoir-vivre… quelle place ces valeurs occupent- elles dans votre organisation ?

Myriam Bérubé

Notre blogueuse Hotelleriejobs, Myriam Bérubé, conseillère en communication et rédactrice, collabore avec les chefs d'entreprise afin d'améliorer la circulation de l'information à l'intérieur de leur organisation. Reconnaissance au travail, courriel efficace, réunion mobilisatrice… voilà ses principaux champs d’intérêt. Dans ses temps libres, elle jardine, lit des romans policiers, découvre de nouvelles recettes à tester et, par-dessus tout, passe du temps de qualité avec sa petite tornade de 6 ans.