· Divers

5 faits que vous ignorez sur le métier de cuisinière

Sabrina Bouthillier travaille en restauration depuis 2011. Contrairement à plusieurs de ses collègues, elle a appris son métier au contact des autres cuisiniers. Elle a fait ses débuts en préparant des repas chauds dans une école primaire, avant de travailler dans un bistro, puis de grimper les échelons petit à petit. Elle est maintenant cuisinière au Strøm spa nordique Mont-Saint-Hilaire depuis son ouverture, en juillet 2018. Elle étudie en parallèle et obtiendra son DEP en service de la restauration d’ici la fin de l’année.

1) Restauration et flexibilité, un duo rarissime !

De longues journées de travail, des fins de semaine les lundi et mardi… tout le monde connaît ce fait. Toutefois, depuis que je travaille au Strøm spa, mon horaire n’a jamais été aussi stable. Bien sûr, je travaille encore certains soirs et le samedi. Toutefois, l’horaire est assez flexible, de façon à accorder des jours de congé ici et là pour ainsi accommoder les membres de l’équipe. Et j’ai droit à des pauses. Du jamais vu (ou presque) !

Le Strøm spa aspire à être le milieu d’équilibre d’une personne, d’une ville, d’une communauté, un moment à la fois. Ainsi, l’atteinte de l’équilibre ne vise pas seulement la clientèle, mais aussi le personnel.

2) Un milieu hiérarchique

Une cuisine, c’est un peu comme dans l’armée : un système hiérarchique favorise la coordination des décisions et des activités. On retrouve le chef, le sous-chef, le responsable de cuisine, les cuisiniers, les aides-cuisiniers ou commis et les plongeurs. Bien sûr, ces postes varient selon l’envergure de l’établissement.

Oui, il y a une certaine hiérarchie et chacun a ses tâches à réaliser. Mais ce qu’on doit se rappeler avant tout, c’est que la collaboration et l’entraide sont primordiales. Par exemple, si le sous-chef s’aperçoit qu’un cuisinier est débordé, il va l’aider. Et vice-versa. J’ai déjà vu le chef exécutif du Strøm spa, Raphaël Podlasiewicz à la plonge quelques fois…

3) Les chefs colériques comme Gordon Ramsay ne constituent pas la norme

J’avoue que j’ai déjà connu des chefs qui éprouvaient du mal à gérer leur stress. Avez-vous déjà vu un poêlon plié après avoir été fracassé contre un mur ? Moi, oui. Les chefs de la nouvelle génération, qui ont subi les cris et les colères de leurs supérieurs, adoptent plutôt une approche axée sur la créativité, le partage des connaissances et le travail d’équipe.

4) Une cuisinière cuisine même en congé

Comme tout le monde, ça m’arrive, moi aussi, de manger un sandwich au beurre d’arachide ou un bol de céréales parce que ça ne me tente pas de cuisiner. Mais généralement, je profite de mes journées de congé pour faire l’épicerie et tester de nouvelles recettes.

Lors de mon dernier anniversaire, j’ai reçu en grand. Je voulais me faire plaisir et gâter aussi mes 15 invités. J’ai donc concocté un repas 6 services sur le thème du Titanic. Et je me suis fait un point d’honneur d’accord chaque plat à un vin.

5) Conseillère culinaire auprès de la famille et des amis

De plus loin que je me rappelle, ma mère a toujours fait la même recette de sauce à spaghetti. Depuis que je suis cuisinière, elle me demande conseil et veut s’assurer qu’elle l’assaisonne comme il faut. Ma sœur me texte aussi souvent pour me demander par quoi elle peut remplacer tel ou tel aliment.

Lorsque je vais au restaurant, je suis plus critique qu’avant, mais avec mes proches, ce n’est pas le cas. Si c’est bon, je vais le dire. Je ne me permettrais jamais de critiquer ce qu’on me sert. Et si quelqu’un me demande ce qu’il aurait pu faire différemment, je vais simplement lui donner mon opinion : cuire la viande 2 minutes de moins, ajouter un peu de basilic…

Pour moi, un plat, c’est comme une toile, une peinture. Lorsqu’il manque un ingrédient, c’est comme s’il manquait une couleur. Il y a quelque chose qui cloche ! Avec l’expérience, on apprend à bien doser les saveurs.

Myriam Bérubé

Notre blogueuse Hotelleriejobs, Myriam Bérubé, conseillère en communication et rédactrice, collabore avec les chefs d'entreprise afin d'améliorer la circulation de l'information à l'intérieur de leur organisation. Reconnaissance au travail, courriel efficace, réunion mobilisatrice… voilà ses principaux champs d’intérêt. Dans ses temps libres, elle jardine, lit des romans policiers, découvre de nouvelles recettes à tester et, par-dessus tout, passe du temps de qualité avec sa petite tornade de 6 ans.