· Hôtellerie

Découvrez Benoit Pigeon, directeur général du Réseau Hôtellerie Champêtre

C’est un vendredi après-midi, attablée dans un sympathique café de L’Ancienne-Lorette, que j’ai eu la chance de rencontrer Benoit Pigeon, directeur général du Réseau Hôtellerie Champêtre. C’est avec plaisir que je vous présente cet homme au parcours à la fois atypique et impressionnant.

Benoit, parlez-nous de votre arrivée dans l’univers de l’hôtellerie et de la restauration ?

Au départ, rien ne me destinait à ce domaine. Mes 6 frères et sœurs et moi avons été élevés sur une ferme, dans la région de Lanaudière. J’avais entrepris un DEC en techniques administratives, au même moment où l’entreprise familiale vivait des difficultés. J’ai donc abandonné mes études, de même qu’un de mes frères, pour venir en aide à mon père, avant, malheureusement, de devoir mettre un terme définitif aux activités de la ferme.

C’est par la suite que j’ai débuté dans le domaine de la restauration. J’ai rencontré plusieurs personnes, des mentors, qui ont cru en moi et qui m’ont donné des chances. C’est ce qui m’a aidé à grimper les échelons rapidement.

Quelques années plus tard, je suis passé à l’hôtellerie. C’était ma première expérience de gestion de personnel dans un milieu syndiqué. Tout un défi ! Encore une fois, des gens expérimentés m’ont bien accompagné.

Qu’est-ce qui vous a amené à quitter le Québec ?

L’amour… Ma conjointe venait d’obtenir un poste au Cirque du Soleil, aux États-Unis. Lorsque je suis allé lui rendre visite, j’ai eu un coup de foudre pour le site de tournée. Par un heureux hasard, un poste s’est ouvert, lequel correspondait à mes aspirations professionnelles. J’avais toujours eu envie de voyager et j’avais déjà des relations à l’international : le « timing » était parfait !

J’ai travaillé pour le Cirque pendant 11 ans, dont les 7 premières en tournée autour du monde. La vie est bien faite : ma conjointe et moi travaillions toujours ensemble. J’ai tour à tour été directeur des services « hospitalité », directeur des services au public, puis directeur de compagnie. Ce qui est merveilleux, c’est que chaque poste que j’ai occupé m’a permis de développer de nouvelles compétences.

En 2015, le Cirque, qui traversait des moments difficiles, a amorcé une restructuration majeure qui a mené à la vente de ce dernier et, entre autres, à l’abolition de mon poste, à Las Vegas. Dans la vie, rien n’arrive sans raison. Au même moment, le New York-New York Hotel & Casino, le lieu où se donnait le spectacle Zumanity du Cirque que je dirigeais, se cherchait un directeur du divertissement. J’ai accepté le poste avec plaisir !

Et qu’est-ce qui a engendré votre retour au Québec ?

En quelques mois, j’avais perdu mon poste au Cirque du Soleil, ma mère, ainsi que mon frère. Ces deuils m’ont amené à revoir mes priorités. Ma conjointe et moi en sommes venus au même constat : il était temps de retourner chez nous.

À mon retour, j’ai reconnecté avec les gens du milieu touristique et de l’hôtellerie. Ç’a changé pas mal en une décennie ! Et puis, une belle occasion s’est présentée à moi : le poste de directeur général du Réseau Hôtellerie Champêtre.

Mon mandat : repenser, moderniser le Réseau. Même si je suis parti longtemps, le Québec, je l’adore. Et je sais tout ce que nous avons à offrir aux touristes tant québécois qu’étrangers. Je connais peu d’endroits dans le monde où l’on peut se baigner dans un lac et y patiner quelques mois plus tard. Et côté gastronomique, gourmand, je vous assure qu’on n’a rien à envier aux autres.

De plus, en 12 ans, j’ai visité 47 villes, de 15 pays différents et ai fait 2 fois le tour des États-Unis. C’est ce qui fait que je crois que je peux apporter un regard neuf sur le tourisme québécois, tout en partageant mes découvertes, ce qui se fait ailleurs.

Parlez-nous un peu de la mission du Réseau.

Notre réseau regroupe une trentaine d’auberges et d’hôtels indépendants de 12 régions touristiques. Notre rôle consiste à fournir aux hôteliers le soutien et les outils dont ils ont besoin pour rayonner. De plus, nous aidons les touristes à choisir et à vivre une expérience sur mesure.

Nous leur offrons une multitude de possibilités afin de les combler tout au long de leur visite, quels que soient leurs goûts.

Depuis mon arrivée en poste il y a un an, notre équipe, en collaboration avec le conseil d’administration et les membres du réseau, a travaillé d’arrache-pied pour revoir le modèle d’affaires du Réseau Hôtellerie Champêtre. Ce nouveau modèle sera présenté aux membres d’ici la fin 2017, puis déployé officiellement en 2018.

Je vous invite donc à nous suivre de près.

Myriam Bérubé

Notre blogueuse Hotelleriejobs, Myriam Bérubé, conseillère en communication et rédactrice, collabore avec les chefs d'entreprise afin d'améliorer la circulation de l'information à l'intérieur de leur organisation. Elle les accompagne dans la mise en place d'une culture organisationnelle forte et de moyens de communication efficaces afin de favoriser l'engagement et la fidélisation du personnel. Elle écrit également pour une clientèle aux domaines variés tels que l'éducation, la santé et l'activité physique, l'immobilier et les ressources humaines.