· Divers

Les bonnes pratiques d’employeurs pour concilier travail et famille

Par Chantal Teasdale, CRHA

Récemment, des journaux et des magazines ont abordé les thèmes de la carrière ou de la famille, et je me suis sentie interpellée. En fait, je fais partie de ces « super mamans » qui travaillent à l'extérieur de la maison; tenter de trouver un équilibre peut représenter de sérieux défis. Évidemment, le parent peut revoir ses priorités et mieux s’organiser; mais, avec un conjoint qui participe aux responsabilités familiales et d’autres proches qui s’impliquent, bien des maux de tête sont évités.

Mais il est vrai que les entreprises, et de façon plus directe les patrons, sont des joueurs clés qui permettent d’assumer son rôle de parent avec plus de quiétude. J’ai eu dans le passé et j’ai actuellement le privilège de faire carrière dans des organisations considérées comme des modèles. Je me permets donc de rendre hommage à des pratiques que j’ai particulièrement appréciées et qui ont répondu à mes besoins ou à mes attentes. Les mesures ou aménagements ne sont pas nécessairement des politiques ou des programmes, mais bien des privilèges admis par des employeurs. Voici mes cinq pratiques coup de cœur.

    1.    Lieu de travail pro-famille. Le sens de la famille est une valeur de sorte que le fait d’avoir des enfants est une réalité. Autrement dit, beaucoup de compréhension existe au quotidien sur les enjeux d’être parent, tout en étant pris au sérieux au travail. Il n’est pas mal vu aussi de dire non pour des raisons familiales.

    2.    Flexibilité dans les heures de travail. Selon la nature des tâches, est-il obligatoire de commencer et de terminer le travail tous les jours à la même heure? Entrer au plus tard à 9 h 30 et partir au plus tôt à 15 h 30, pourvu que toutes les heures soient effectuées à la fin de la semaine, n’est-ce pas de la flexibilité? Et si on peut travailler plus d’heures que prévu dans la semaine et les accumuler pour les reprendre en congé, n’est-ce pas merveilleux? Oui, cette pratique existe.

    3.    Heures de réunion restreintes. Aucune réunion ne doit débuter avant 9 h 30 ni dépasser 16 h 30. Aucune réunion le vendredi après-midi, sauf en situation d’urgence. Croyez-le ou non, il y a alors moins de réunions et elles sont mieux structurées pour optimiser le temps qui leur est consacré. En tant que parent, le matin et la fin de journée sont plus exigeants. Cette mesure prend alors toute son importance.

    4.    Possibilité de travailler à la maison, à l’occasion, avec ou sans technologie. Pour satisfaire l’employeur, mieux respecter les échéanciers et surtout éviter de prendre congé, le travail à la maison a son lot d’avantages. Et si un enfant est malade ou en congé, le travail à domicile est une option qui peut convenir aux deux parties.

En savoir plus | portailrh.org