· Divers

Comment se débarrasser des tâches qu’on déteste?

Bien des médecins vous le diront, faire l’examen de la prostate d’un patient n’est pas la partie de leur travail qu’ils préfèrent! Chaque emploi comporte son lot de tâches déplaisantes qu’on repousse autant qu’on peut… mais qu’on doit finir par effectuer! Voici quelques trucs pour y parvenir plus facilement.


Une sacro-sainte liste


«Inutile de chercher, la job parfaite n’existe pas», prévient d’emblée Jon Acuff, auteur de Rescue Monday, Reinvent Your Work & Never Get Stuck, sur son blogue. Il n’y a aucun travail comportant seulement des tâches que vous aimez.»

Cela dit, pas le choix de composer avec ces tâches et de se trouver des moyens pour rendre leur exécution moins pénible et plus efficace. Jon Acuff propose de dresser d’abord la liste de toutes ces tâches, ces projets et ces activités qu’on déteste faire (grit list).

Après les avoir clairement identifiés, on note leur importance et les bénéfices qu’ils nous ont apportés une fois qu’on les a accomplis. L’auteur, pour sa part, dit qu’il déteste s’occuper de ses courriels. Mais il a constaté qu’y répondre peut lui ouvrir de nouvelles opportunités, l’aider à nouer des relations plus fortes, etc. «Je n’ai pas besoin d’aimer le faire pour passer au travers; je dois simplement le faire», affirme-t-il. Si on réalise la valeur critique de ces tâches, notre motivation augmentera.


Se débarrasser du sentiment d’obligation
L’auteur et conférencier Alain Samson propose pour sa part, sur son blogue, de transformer le sentiment d’obligation qu’on éprouve envers les tâches ou les activités déplaisantes en quelque chose de plus positif.

Selon lui, ce sentiment d’obligation a des effets secondaires : il assombrit l’humeur, donne un sentiment d’oppression et nuit à notre vision d’ensemble d’une situation.

«Arrêtez de faire comme si on vous imposait des choses, dit-il. Vous avez toujours le choix.» La différence est énorme entre penser «Je dois aller travailler» et «J’ai hâte d’aller rencontrer mes clients», ou entre «Je dois faire de l’exercice si je ne veux pas engraisser» et «J’ai envie de rester en forme.»

«En optant pour l’excellence plutôt que la médiocrité, vous vous élèverez au-dessus de la masse et aurez un impact direct sur votre univers», ajoute-t-il. Ce qui est sans contredit satisfaisant.


Pour en savoir plus  | journalmetro.com