· Main d’œuvre

La main-d’œuvre, clé de voûte de la reprise touristique

Au cours des derniers mois, il va sans dire que l'hôtellerie a vécu des moments difficiles. 

La fermeture des frontières, l'imposition d'un couvre-feu, l'interdiction de tenir des réunions et événements ainsi que la fermeture des restaurants pendant de longs mois ont réduit à une peau de chagrin la demande pour des chambres d'hôtels. 

Or, depuis quelques semaines, le vent semble tourner. Dans les régions d'abord, ensuite dans les centres urbains et, finalement, dans la métropole. Plusieurs diront qu'il était (grand) temps! Bien que le taux d'occupation remonte lentement, on est encore loin d'un retour à la normale. Dans la métropole, le taux d'occupation se situait à 17% en juin, alors qu'historiquement, il oscille plutôt autour de 90%. On observe également un nouveau phénomène: les réservations se font au tout dernier moment, ce qui empêche toute possibilité de planification. Le manque complet de prévisibilité entourant la réouverture des frontières n'est pas non plus sans effet.

Toutefois, un nouveau nuage noir plane au-dessus de la tête des hôteliers. Il n'y a tout simplement plus d'employés disponibles pour servir les clients! Et pourtant, cette situation était pour le moins prévisible. La pénurie de main-d'oeuvre est une réalité avec laquelle l'industrie touristique doit composer depuis quelques années, particulièrement à Québec et en région. Montréal avait été jusqu'ici relativement épargné, principalement en raison de la présence sur son territoire de nombreux étudiants et de nouveaux arrivants. 

Lire l'article complet: La Presse

Hotelleriejobs.com

Le site des professionnels en hôtellerie, restauration et tourisme