· Tourisme

La main-d’oeuvre manquera-t-elle à l’appel lors de la reprise du secteur touristique?

Photo: Unsplash
Photo: Unsplash


De nombreuses mises à pied ont malheureusement déferlé sur les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme récemment, ce qui inquiète plusieurs employeurs qui craignent d’avoir perdu cette expertise précieuse pour de bon.


Dans un article sur le sujet, Radio-Canada aborde cette ombre qui plane maintenant sur les emplois du secteur touristique, en discutant par exemple d’un réceptionniste d’hôtel diplômé en tourisme et travail social qui s’est tourné récemment vers un deuxième emploi dans un secteur différent. Son poste de réceptionniste ayant diminué à deux jours par semaine, il doit combler son horaire afin de rester actif, ce qui l’a mené à servir des sacs de denrées alimentaires aux gens dans le besoin à temps partiel.


Non seulement celui-ci raconte-t-il que le secteur d’hôtellerie est malheureusement peu intéressant lorsque les clients ne sont pas au rendez-vous, il explique aussi que la situation est difficile financièrement, et qu'il doit lui-même avoir recours au support alimentaire. 


L’article mentionne aussi « dans la grande région de Québec, sur les 6500 personnes que compte le domaine de l’hôtellerie, 4000 ont perdu leur emploi à cause de la pandémie. »


Malheureusement, pour plusieurs d’entre eux, la PCU et le nouveau programme d’assurance-emploi ne suffisent pas à garder la tête hors de l’eau. C’est ce qui les mène à se tourner vers un emploi dans un autre milieu. 


Selon Michel Côté, co-propriétaire de l’hôtel Clarendon, l’équipe sera l'élément le plus difficile à remplacer lors de la réouverture de l’établissement. Comme ils sont incapables de prédire quand les hôtels seront en mesure de rouvrir leurs portes, plusieurs préfèrent quitter et trouver un autre emploi. C’est compréhensible, mais malheureusement difficile à gérer.


Cet été, par exemple, lors de la réouverture des hôtels, il a été très difficile de pourvoir les postes de préposé à l’entretien ménager. Il est possible qu’une situation similaire se répète lorsque le secteur reprendra un peu de vie. 


Il est aussi certain que les jeunes étudiants décidant présentement de la direction que prendra leur avenir ne s’orientent pas vers les milieux touristiques. Les étudiants travaillant aussi dans ces secteurs à temps partiel risquent aussi de trouver des emplois dans d’autres domaines. En général, il est difficile pour plusieurs de s'accrocher à ces industries qui n’offrent pas grand-chose pour le moment. Que leur réserve donc l'avenir?


Découvrez l’article complet de Radio-Canada sur le sujet ici


Suivez Hotelleriejobs sur Facebook, Instagram et Linkedin, et abonnez-vous à notre infolettre hebdomadaire pour ne jamais manquer un nouvel article! 


Laurie Dumas-Ruel

Laurie Dumas-Ruel est la Rédactrice web pour Hotelleriejobs ainsi qu'une auteure de fiction dans ses temps libres. Elle a travaillé en restauration aux côtés de touristes pendant plusieurs années et adore explorer comment les ressources humaines et les industries de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme sont interconnectées.