· Restauration

La Cage embauche une soixantaine de travailleurs étrangers

Photo: Unsplash
Photo: Unsplash


Oui, vous avez bien lu - d’ici l’arrivée de l’automne, le groupe SportScene se verra embaucher près d’une soixantaine de travailleurs venant d’autres pays.


C’est la première fois que le groupe fait appel à de la main-d’œuvre étrangère. Celle-ci arrivera du Mexique, de France et de la Tunisie au cours des prochaines semaines.


Le plan original du groupe, avant la COVID-19, était d’embaucher 150 employés étrangers. En raison de la pandémie, ce nombre a été revu à la baisse. 


L’entreprise a annoncé récemment le licenciement de plus de 30% de ses travailleurs, soit environ 660 employés. La fermeture de quatre établissements du groupe SportScene en est la raison principale. 


Le groupe a aussi mentionné qu’il sera potentiellement impossible de ramener la totalité des travailleurs mis à pied temporairement en mars dernier - soit 2200 employés. Près de deux ans seront nécessaires pour que le groupe se remette sur pieds. 


Malgré cela, le grand patron du groupe SportScene, Jean Bédard, insiste sur le fait qu’il compte tout de même faire venir des travailleurs étrangers pour occuper des postes de chefs et sous-chefs dans ses établissements. Selon lui, ils essaieront de faire travailler leurs employés malgré l’arrivée de travailleurs étrangers. 


Jean Bédard refuse aussi d’établir un lien entre la PCU et l’embauche de chefs et sous-chefs étrangers. Il maintient que la décision d’établir ce programme n’est pas reliée aux travailleurs locaux qui profitent présentement du soutien financier gouvernemental. 


Pour en apprendre plus sur le sujet, lisez l’article du Journal de Montréal ici.  


Hotelleriejobs.com

Le site des professionnels en hôtellerie, restauration et tourisme