· Main d’œuvre

Marketing et pénurie de main d’oeuvre

Image issue de l'article original
Image issue de l'article original
Le sujet de l’heure au Québec depuis quelques années est sans contredit la pénurie de main d’oeuvre qui sévit dans plusieurs sphères d’activités. Cette rareté de la main d’oeuvre est particulièrement frappante et accablante dans le milieu du tourisme et de l’hospitalité, où les postes de première ligne sont nombreux, saisonniers… et souvent mal rémunérés : préposée à l’accueil, cuisiniers, serveurs, femmes de chambres, sauveteurs de piscine, etc.
 
On aurait tort néanmoins de penser qu’il s’agit d’un phénomène propre aux entreprises touristiques seulement. Le journal La Presse publiait récemment un dossier spécial sur ce phénomène pendant une semaine complète, appuyé par une série d’articles et exemples à l’échelle de la province. Comme quoi la pénurie n’épargne à peu près aucune industrie dans un contexte où c’est pratiquement le plein emploi au Québec!
 
D’ailleurs, la plus récente enquête annuelle Tendances en ressources humaines du cabinet-conseil Morneau Shepell place l’attraction et la fidélisation des employés (59%) comme deuxième plus grande priorité des dirigeants en ressources humaines de quelque 350 organisations canadiennes, pour 2019.
 
Qu’est-ce que le marketing RH ?

 
La problématique du manque de candidats pour combler les nombreux postes disponibles est devenu un enjeu de société, venant même mêler les cartes du débat sur l’immigration au Québec, l’âge de la retraite obligatoire, les politiques liées au salaire minimum et j’en passe. Dans ce contexte, vous vous demandez peut-être que diable peut faire le marketing dans cette galère. J’y arrive.

Le marketing RH est une discipline assez récente, qui remonte aux années 1980. En se basant sur les principes fondamentaux du marketing, notamment sur l’importance d’avoir un positionnement clair et distinctif, les ressources humaines cherchent ainsi à séduire et fidéliser la main d’oeuvre.
 
« Confrontées à une problématique de raréfaction des talents sur certaines fonctions, à l’évolution de la relation au travail mais aussi à l’« économie de l’infidélité » faisant naître des comportements de zapping, les ressources humaines recherchent de nouveaux leviers de performance. Elles s’intéressent alors au marketing qui permet de répondre à nombre de problématiques comportementales auxquelles elles doivent faire face notamment en ce qui concerne l’attractivité de l’entreprise, la séduction des candidats potentiels, la motivation et la fidélisation des collaborateurs. Ainsi émerge la notion de marketing RH. » – Wikipedia
 
Bien qu’on parle de rareté de la main d’oeuvre de manière plus soutenue depuis quelques temps, il ne s’agit pas d’un phénomène « nouveau » en soi. Alors que je m’occupais du marketing au Massif de Charlevoix entre 2008 et 2011, nous avions d’ailleurs élaboré une stratégie misant sur les préceptes du marketing RH, question d’élaborer des tactiques plus dynamiques pour l’embauche et la rétention de main d’oeuvre en contexte d’entreprise saisonnière, en région, appelée à devenir une opération annuelle.
 
Lire la suite sur Fredericgonzalo.com