· Restauration

Stéphane Modat nommé chef de l’année

Image issue de l'article original
Image issue de l'article original
Raphaelle Plante
Le Soleil
 
À la barre du restaurant Champlain du Château Frontenac depuis six ans, Stéphane Modat a été sacré lundi soir chef de l’année par ses pairs lors du 2e gala des Lauriers de la gastronomie.
 
Cette grande célébration qui récompense les professionnels de l’industrie québécoise de la gastronomie à réuni quelque 1000 personnes à l’Arsenal, dans la métropole, avec Christian Bégin à l’animation.
 
Le coloré chef Modat succède donc à Colombe Saint-Pierre (restaurant Chez Saint-Pierre, au Bic), qui avait été la toute première lauréate du titre de chef de l’année au gala des Lauriers, le printemps dernier. Stéphane Modat s’est ainsi distingué parmi les 10 chefs en nomination, dont une majorité dans la région montréalaise : Emma Cardarelli (Elena), John Winter Russell (Candide), Marc-André Jetté (Hoogan et Beaufort), Marie-Fleur St-Pierre (Mesón), Olivier Perret (Renoir), Simon Mathys (Manitoba) et Vincent Dion Lavallée (La Cabane d’à côté). Les régions de Charlevoix et du Bas-Saint-Laurent étaient également représentées avec les chefs Émile Tremblay (Les Faux Bergers, à Baie-Saint-Paul) et Pierre-Olivier Ferry (Jardins de Métis, à Grand-Métis).
 
Originaire de Perpignan, dans le sud de la France, Stéphane Modat a fait ses classes dans de prestigieux établissements français avant de s’établir au Québec il y a 18 ans. Il a d’abord travaillé aux côtés d’Yvan Lebrun, du restaurant Initiale, puis est devenu chef et cofondateur du réputé restaurant Utopie, qui avait pignon sur rue dans le quartier Saint-Roch. Depuis 2009, il s’est consacré à des travaux de création culinaire avec le sommelier et «créateur d’harmonies» François Chartier (Papilles et Molécules). Puis, en 2013, le chef Modat a pris la relève de Jean Soulard à la tête des cuisines du Château Frontenac — où son prédécesseur a œuvré durant une vingtaine d’années.
 
En savoir plus | Lesoleil.com