· Restauration

Ê.A.T.: restaurant révolutionnaire?

La description du restaurant, sur le site web, commence ainsi: «Être Avec Toi (Ê.A.T.) est un nouveau concept de restauration révolutionnaire où le summum des mets et des boissons côtoie une passionnante galerie d'art sur une trame sonore conçue par un DJ local. Imaginé par le groupe BPC, ce restaurant transitionnel invite à la découverte d'un univers exclusif et novateur. Dégustez les oeuvres de génies et admirez la beauté de chaque plat.»

Avouez que c'est tout un programme. «Summum», «génies»...


Ce restaurant aux marketeurs friands d'hyperboles, c'est celui de l'hôtel W, dans le Vieux-Montréal, en face du square Victoria, rouvert au début de l'année dans l'espace occupé jadis par l'Otto.


Le lieu a été transformé par BCP, une firme américaine spécialiste de l'aménagement du lieu branché à haute densité.


Aux murs, on voit partout des illustrations, des peintures, des collages et des murales. A-t-on l'impression d'être dans une galerie d'art? Pas clair. Pas celles du Belgo ou de Chelsea, en tout cas. Lieu novateur? Disons que je vous recommanderais plutôt une visite à la biennale d'art contemporain.


Pour être sûre de pouvoir bien observer et goûter le tout méticuleusement, je m'y suis rendue un midi. La salle n'était ni vide ni pleine. Il y avait de l'ambiance. Et les serveurs, vêtus de grands chemisiers légèrement déconstruits par le créateur Travis Taddeo, travaillaient comme le soir avec leurs guéridons modernes, tout blancs, ce qui est, disons-le, fort élégant.


Le chef de cuisine, explique le site web du resto, s'appelle Sébastien Giannini et il cuisine avec un menu de poissons et de fruits de mer créé, au départ, par un chef new-yorkais, Alan Ashkinaze, qui collabore avec toute la chaîne des hôtels W.


Comme le font bien des restaurants du centre-ville, le Ê.A.T propose une formule pas chère le midi, à 24,90 $ et rapide: on peut manger en 30 minutes.

On apporte alors tout en même temps: un potage ainsi qu'une entrée et un plat principal avec des à-côtés tous ensemble dans la même assiette subdivisée. J'ai pris l'option végétarienne où, après une crème de chou-fleur correcte, j'avais droit à un flan d'avocat insipide à la texture visqueuse, malheureusement aucunement sauvé par une écume aux concombres, des poivrons et champignons grillés. L'autre personne à ma table avait quant à elle du vivaneau franchement très cuit dans lequel elle s'est réfugiée pour se remettre d'un potage aux nouilles soba où, semblait-il, toute la responsabilité de donner au plat un peu de goût avait été confiée à des piments ultrapiquants.


En savoir plus | lapresse.ca