· Main d’œuvre

Patrons, soyez conciliants!

La fin de session arrive à grands pas (désolée de vous le rappeler!) et beaucoup d’étudiants devront jongler tant bien que mal avec leurs horaires : travaux d’équipe, étude et boulot(s), entre autres. Les 24 heures d’une journée n’ont jamais paru aussi courtes pour eux. En tant qu’employeur, comment pouvez-vous aider ces jeunes à concilier les études et le travail?

 

Eh bien, sachez que vous pouvez faire une grande différence dans leur vie. Je sais de quoi je parle! Moi-même ayant déjà été étudiante à temps plein, j’ai grandement apprécié la souplesse de mon employeur lors des périodes d’examens. Chantal Roy, coordonnatrice des ressources humaines à l’hôtel Delta de Sherbrooke, abonde dans le même sens. «De plus en plus d'étudiants doivent travailler afin d’assumer les coûts reliés aux études. Pour avoir passé par le même parcours alors que j'étais étudiante, le défi consiste à trouver l'équilibre parfait car on ne parle pas seulement de concilier travail et études, mais aussi travail, études et budget!  Avoir un employeur conciliant permet au moins de retirer la pression ou le stress relié à son horaire de travail», souligne-t-elle.

 

Selon une étude récente de l’Institut de la statistique du Québec, les étudiants du Québec tendent à être proportionnellement plus nombreux que ceux des autres provinces à concilier études et travail, soit 45% en 2014 contre moins de 40% de tous les étudiants hors Québec. Raison de plus pour prendre la conciliation au sérieux! Voici donc quelques conseils qui vous permettra de faciliter (ou sauver) la vie des étudiants et de favoriser leur réussite scolaire.

 

- Allouez un horaire de travail qui se situe idéalement entre 10 et 15 heures par semaine, pour un maximum de 20 heures pour les étudiants à temps plein.

- Permettez les échanges de quarts de travail entre vos employés.

- Soyez attentifs aux signes de fatigue et d’épuisement (insomnie, manque d’énergie, manque ou perte d’appétit, nausées, maux de tête, irritabilité, etc.)

- À l’embauche et lors des changements de sessions, demandez à vos étudiants-employés leur horaire ainsi que leurs engagements parascolaires et leurs activités sportives.

- Planifiez l’horaire sur deux semaines pour permettre aux étudiants d’adapter leurs disponibilités à leur réalité.

- Modifiez ou faites varier les tâches d’un jeune travailleur à l’approche des examens.

- Faites preuve de flexibilité.

(Pour plus de détails, consultez l’aide-mémoire « La gestion des étudiants-employés : tout un art » produit par Conciliation Études-travail Sherbrooke, en collaboration avec le Projet Partenaires pour la réussite éducative en Estrie.)

 

 

Delta Sherbrooke, un bon joueur dans la conciliation

 

Au chapitre de la conciliation études-travail, l’hôtel Delta à Sherbrooke figure sur la liste des employeurs certifiés conciliants de la région de l’Estrie sur le site jechoisismonemployeur.com. «En tant qu'employeur, il est important d'avoir une conscience et une responsabilité sociale en encourageant la persévérance scolaire. À long terme, nous voulons tous la même chose: une main d'oeuvre qualifée et des gens passionnés par ce qu'il font», soutient Chantal Roy.

 

De par la nature de ses services, l’hôtel Delta est ouvert 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Il y a donc plusieurs options de quarts de travail. Les quelque 25 étudiants qui travaillent dans cet établissement peuvent choisir de le faire à temps partiel ou encore d’avoir un statut occasionnel, c’est-à-dire qu’ils peuvent être disponibles uniquement les fins de semaine et non les soirs de semaine. «Un étudiant qui aurait le statut de temps partiel mais préférant limiter ses disponibilités peut, à tout moment, faire un changement vers le statut occasionnel. Nous respectons également le nombre d'heures maximum qu'un étudiant doit faire pour concilier travail et études», assure Mme Roy.

 

Cela demande tout de même à l’employeur d’être capable de s’adapter aux imprévus de dernière minute. «Les étudiants demandent parfois des congés (pour étude ou travaux d'équipe), dans des périodes où nous avons un achalandage élevé. Nous n'avons pas toujours la possibilité d'avoir des remplacements et devons maintenir notre prestations de service auprès des clients», explique Chantal Roy. Évidemment, l’étudiant peut éviter bien des soucis à son employeur s’il l’informe des changements à son horaire le plus tôt possible. Le secret de la conciliation est avant tout dans une bonne communication !

 

Voici quelques outils utiles pour l’employeur :

 

Cartographie des programmes régionaux en matière de conciliation études-travail

http://cartographiecet.perseverancescolaire.com

 

Commission des normes du travail

http://www.cnt.gouv.qc.ca/salaire-paie-et-travail/travail-des-enfants/index.html

 

Programme Top réussite

http://www.reussiteeducative.com/les-bonnes-pratiques/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie-Anne Dayé - Blogueuse Hotelleriejobs

«Marie-Anne Dayé est journaliste indépendante depuis près de deux ans. Lors d'un séjour en France, elle a écrit pour des médias tels que Rue89, Courrier International et l'Agence France-Presse. À son retour à Québec, elle a travaillé au journal Le Soleil et pige aujourd'hui pour divers magazines. On peut aussi la surprendre en train de nous servir un café, car elle est aussi barista!»