· Divers

Six façons de vous préparer à relancer votre hôtel

1. Visez l’hyper-local pour relancer l’occupation à court terme

En attendant l’ouverture des frontières et donc, du tourisme international, le décloisonnement des régions et la réouverture progressive des commerces prévus en mai 2020 sont les deux socles sur lesquels les exploitants d’établissements d’hébergement pourront concentrer leurs efforts.

De ce fait, les dirigeants devront développer un plan en fonction des marchés domestiques et de la clientèle hyper-locale : les familles et les amis qui auront un fort désir de se retrouver après plusieurs semaines d’isolement et les déplacements d’affaires inter et intra-régionaux pourraient s’avérer être des cibles à privilégier pour la relance.

Pour cela, créez des forfaits familles, meet & greet ou retrouvailles et pensez à développer des tarifs corporatifs pour les entreprises dont les activités ont repris ou reprendront dans les prochaines semaines. Avec tous les événements internationaux d’affaires qui sont annulés, il est d’ailleurs possible que certaines compagnies aient le désir de se retrouver pour une retraite stratégique dans leur communauté et que celles-ci désirent encourager les établissements hôteliers de leur région. Certains suggèrent même de privatiser des lieux entiers pour les établissements qui sont en mesure de proposer ce type d’option.

Il peut être stratégique que les associations cordonnent la reprise avec leurs membres pour s’assurer de ne pas tirer les tarifications vers le bas. Positionner la destination et jouer en équipe, entre hôteliers, pourrait s’avérer gagnant à long terme.


2. Stimulez les staycations pour ancrer votre positionnement

Ne sous-estimons pas l’impact que pourraient avoir les staycations. Cette invitation à prendre des vacances près de la maison a gagné en popularité lors de la crise économique de 2008 : « Aux prises avec un budget serré, de nombreuses familles n'ont d'autre choix que de fuir la routine sans voyager. (…) Bien que la tendance soit d'abord née de contraintes financières, la réalité est désormais tout autre. Aujourd'hui, le staycation est souvent un choix personnel, et le phénomène compte des adeptes partout sur la planète. ». Il pourrait donc être rentable pour les hôteliers de penser à rendre plus accessibles les nuitées pour les résidents de leur municipalité (prix réduits sur preuve de résidence, valeur ajoutée avec un forfait « spécial local », etc.).

Il est à parier que les « confinés » pourraient avoir un désir de sortir de l’ordinaire et de vivre une expérience hors de la maison, dans le respect des nouvelles normes sanitaires. Pour cela, mettez vos efforts de promotion sur ceux et celles qui vous connaissent déjà – parce que dans la même ville – mais qui n’ont jamais pensé séjourner chez vous pour une nuitée (ou deux!). Autrement dit, faites-leur vivre une expérience unique, près de chez eux mais loin de leur quotidien! 

À titre d’exemple, l’Estérel Resort vient tout juste de faire parvenir à sa communauté une infolettre dans laquelle sont annoncées leurs promotions de Noël… en avril! En étant proactif et en misant sur leurs forfaits vedettes, cet établissement des Laurentides joue sur l’émotion des gens qui auront le désir de vivre à nouveau des expériences touristiques.  

Créez un sentiment d’appartenance avec les membres de votre communauté de proximité : ceux-ci peuvent devenir vos meilleurs ambassadeurs!


3. Rassurez les visiteurs en passant du story-telling au story-caring

Vous le savez autant que nous : le but d’un hôtelier n’est pas seulement d’assurer la satisfaction mais de viser la fidélisation. Pour cela, le narratif utilisé, les images sélectionnées et les histoires qui sont racontées sont souvent le triumvirat de la stratégie marketing mise de l’avant pour stimuler la demande. L’exemple de MGM Resorts et leur campagne «  The Holy S*** Business » revient souvent comme étant un story-telling très puissant, motivant et qui explique, en peu de mots, la vision de l’entreprise. Idem pour la dernière campagne de Québec original, #pouruninstant, qui est adapté au contexte actuel tout en misant puissamment sur les émotions.

En période de « sani-gestion » obligatoire, l’hôtelier devrait construire son story-telling en ayant en tête ce mantra que nous partageons souvent à nos étudiants « Security is the new marketing ». Autrement dit, en passant d’un story-telling à un story-caring, l’hôtelier raconte une histoire rassurante qui se base sur le « prendre soin », sur le sentiment de prise en charge des visiteurs. Il n’est d’ailleurs pas un hasard si le terme anglophone hospitality est si près de hospital, hôpital. La notion de « care » est le dénominateur commun de ces deux domaines qui se rejoignent à la racine de leur raison d’être.


Pour en savoir plus | ithq.qc.ca