· Tourisme

Horizon 2030 : qui sera le touriste de demain ?

Réseau de veille en tourisme, Chaire de tourisme Transat

En raison des grands bouleversements mondiaux et de l’évolution de la société à l’horizon 2030, le touriste de demain sera plus libre et autonome, cherchera à réduire son stress et deviendra entièrement numérique.

La Chaire de tourisme Transat de l’ESG UQAM, en collaboration avec Tourisme Montréal, dévoilait le 18 janvier 2017 les quatre grands mouvements qui exerceront une influence sur le touriste de demain : le changement dans l’ordre mondial, les nouveaux enjeux démographiques, l’environnement sous tension et les technologies disruptives.

Selon les deux conférenciers experts de l’industrie touristique, Paul Arseneault et Pierre Bellerose, le secteur du voyage tel que nous le connaissons sera transformé et les effets sur le touriste seront multiples.

Le touriste de demain sera…

- Plus libre
- Plus intolérant à l’inquiétude et au stress
- Plus confiant en lui
- Plus spontané
- Plus proactif face aux questions éthiques
- Parfaitement autonome
- Entièrement numérique
- Connu et mesuré dans toutes ses actions et préférences
- Prévisible au-delà de sa propre conscience (scruté en permanence sous ses moindres coutures)

Voici comment les grands bouleversements mondiaux occasionneront quelques-uns de ces changements sur le touriste.

Le touriste de demain sera plus libre de voyager

Cette évolution vers plus de liberté s’expliquera par la multiplication de la classe moyenne, par le basculement du pouvoir économique aux pays émergents et par l’accessibilité accrue aux technologies.

Multiplication de la classe moyenne

À l’horizon 2030, la pauvreté extrême diminuera fortement. Selon KPMG, 60% de la population fera partie de la classe moyenne, comparativement à 27% en 2009, et 80% d’entre elle proviendra des pays en développement.

L’entreprise Visa prévoit que près de la moitié de tous les ménages à travers le monde pourront s’offrir un voyage en 2025.

La croissance des voyageurs asiatiques est déjà bien visible. En 2015, la Chine est devenue le premier pays émetteur en matière de dépenses touristiques selon l’Organisation mondiale du tourisme. Elles totalisaient 292 milliards de dollars américains, soit plus du double de celles des États-Unis, au deuxième rang.

Vers plus d’autonomie et d’émancipation

L’accès à l’information, favorisé par l’utilisation généralisée d’Internet et des réseaux sociaux, a contribué à l’autonomisation et à l’émancipation des individus, c’est-à-dire à leur faculté d’émettre un jugement, de prendre part aux débats publics et d’exercer une pression sur les gouvernements et les communautés internationales.

Ceci est particulièrement remarquable dans les pays en développement. Cette tendance s’intensifiera puisqu’en 2030, 50% de la population aura accès à Internet, comparativement à 34% en 2012, selon KPMG.

Ainsi, le touriste de demain sera plus « intelligent », mais son émancipation aura pour conséquence la fragmentation extrême de ses besoins, de ses goûts et de ses opinions. De plus, le voyage sera la nouvelle forme d’affirmation de l’individualité, en particulier avec la multiplication des personnes seules.


En savoir plus | tourmag.com