· Misc

Des femmes chefs contre vents et marées

La place des femmes en gastronomie s'améliore. On compte de plus en plus de femmes chefs dans nos restaurants, mais il reste du chemin à parcourir. Enjeux et obstacles de la gastronomie au féminin dans une industrie encore largement dominée par les hommes.

La Slovène Ana Ros vient d’être élue meilleure femme chef du monde en 2017 par le palmarès The World’s 50 Best Restaurants. Elle était l’invitée de marque en février de Women with Knives, une conférence organisée par le Centre Phi, à Montréal, sur la place des femmes chefs dans les grandes cuisines du monde.

Malgré toute la notoriété de son titre, la lauréate raconte comment la place des femmes est encore à revendiquer. « Il y a à peine deux mois, en Australie, j’ai eu à travailler avec un cuisinier qui avait vraiment des problèmes à travailler avec moi et c’était la question d’autorité. Quand je lui disais une chose, il ne m’écoutait pas. Et ça arrive encore. »

Les difficultés qu’ont les femmes à faire leur place dans une industrie dominée par les hommes ne datent pas d’hier.

Chef de cuisine aux restaurants du Musée national des beaux-arts de Québec, Marie-Chantal Lepage garde des souvenirs partagés de ses débuts en restauration en 1982. « "Retourne chez vous, on ne veut pas de femmes ici, tu n’es pas la bienvenue!" Je me faisais dire ça constamment, se souvient-elle. Je n’avais pas l’intention de faire une carrière en cuisine, mais à force de me faire dire qu’une femme c’est bon à la maison, ça m’a poussée à vouloir leur montrer. »

Elle sera par la suite chef de cuisine du Manoir Montmorency, puis du Château Bonne Entente à Québec. Elle y a dirigé une brigade d’une quarantaine de cuisiniers.

La place des femmes en gastronomie s’améliore. On compte actuellement au Québec d’excellentes femmes chefs dont la réputation n’est plus à faire : Anne Desjardins, la pionnière, Helena Loureiro du Portus 360, Graziella Battista de chez Graziella, Colombe St-Pierre de Chez St-Pierre, au Bic... Elles comptent parmi les meilleures, mais elles sont encore minoritaires à occuper des postes de responsabilité dans des restaurants.

En savoir plus | ici.radio-canada.ca