· Hotel schools

Travailler dans les plus beaux hôtels du monde

Portrait

Lukas Vallée Valletta a fait ses premières armes dans le milieu hôtelier à la plonge; un boulot exigeant pour un adolescent de 15 ans. « À l’époque, j’avais beaucoup de difficulté à l’école. La seule chose qui m’intéressait dans la vie, c’était le basketball. Mais le travail, ça ne m’a jamais fait peur », dit-il. Pendant qu’il lavait des piles de vaisselle sale, le jeune Lukas était bien loin de se douter que, 15 ans plus tard, il aurait un diplôme de calibre universitaire en poche, puis qu’il se taillerait une place de choix dans les hautes sphères de l’hôtellerie haut de gamme.

Après son passage à la plonge, Lukas a gravi un à un les échelons de la hiérarchie hôtelière. C’est la rencontre marquante avec un mentor dans le milieu qui l’a convaincu de retourner sur les bancs d’école, qu’il avait délaissés. Il s’est inscrit au programme des Hautes études en gestion hôtelière internationale de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) et, dès lors, un univers s’est ouvert bien grand devant lui.

« Travailler en hôtellerie, c’est avoir des portes ouvertes sur le monde. À l’ITHQ, j’ai eu l’impression que, du jour au lendemain, le monde m’était accessible. » - Lukas Vallée Valletta

S’articulant autour de l’alternance entre les études et les stages à l’étranger, le programme offert par l’institution désormais reconnue sur l’échiquier mondial a amené le jeune professionnel à s’installer en Caroline du Sud, aux États-Unis, pour son premier stage, puis en Chine pour une autre période de six mois. « En Chine, j’ai vécu un choc culturel. Mais c’est aussi ça, l’hôtellerie : c’est aller à la rencontre de cultures différentes. Il faut être ouvert aux autres », indique Lukas.


TOURISME : DES CARRIÈRES PLEINES DE DÉFIS

Cette ouverture sur le monde a pris tout son sens quand, cinq ans à peine après avoir obtenu son diplôme de l’ITHQ, Lukas a assuré l’accueil — au Fairmont Le Manoir Richelieu, à La Malbaie — des délégations de tous les pays dépêchés au Sommet du G7. Un défi professionnel que le jeune cadre décrit comme une expérience unique dans une carrière et qui lui a valu d’être le seul finaliste nord-américain au Worldwide Hospitality Awards, à Paris, un concours prestigieux dans l’industrie du tourisme.

« C’est moi qui suis monté sur scène ce soir-là, mais c’est grâce à tous les gens du milieu qui m’ont épaulé au fil de mon parcours. J’en suis très reconnaissant. » - Lukas Vallée Valletta


UN LEADERSHIP DE PROXIMITÉ

La feuille de route de Lukas Vallée Valletta est déjà jalonnée de réussites. Si l’ascension de ce professionnel vers des postes de haut niveau est fulgurante pour son âge, il insiste toutefois pour sortir les équipes qu’il dirige des carcans hiérarchiques et en faire de grandes familles. « Chaque personne voit le quotidien de l’hôtel d’une façon différente. Dans l’équipe, toutes les expériences sont importantes et, quand quelqu’un a une idée pour améliorer les opérations, on la met à l’essai et on innove », affirme Lukas.

Passionné, le gestionnaire met toutes ses énergies dans son emploi actuel. Il a en effet été promu à l’interne et souhaite se dépasser dans ses nouvelles fonctions. Le jeune homme garde toutefois l’esprit ouvert, et ses visées sont illimitées. Ainsi, il aspire à participer à l’ouverture d’un nouvel hôtel luxueux — une ambition qui pourrait bien se concrétiser à Londres; à Sainte-Lucie, dans les Caraïbes; en Inde; ou même ici, à la maison.

« C’est une carrière qui te permet de travailler et de voyager en même temps, dit-il. Moi, je suis prêt à faire ma valise n’importe quand pour aller à la rencontre de nouvelles cultures, d’expériences et d’aventures. »