· Interview

Découvrez Benoit Corriveau, chef massothérapeute

C’est avec plaisir que je vous présente Benoit Corriveau, chef massothérapeute au Strøm spa nordique, situé à l’Île-des-Sœurs.

Benoit, comment devient-on massothérapeute ?

Chacun suit un parcours différent. Pour ma part, je travaillais dans la salle de presse du journal The Gazette. Comme vous le savez, l’industrie de l’imprimé décline depuis les dernières années. Comme je voyais venir l’abolition de postes, j’ai décidé de retourner aux études et de suivre une formation de massothérapeute à l’Institut Kiné-Concept, tout en continuant de travailler.

Puis, mon employeur m’a offert une indemnité de départ bonifiée. J’en ai profité pour parfaire ma formation et suivre le cours de masso-kinésithérapie.

En tout, cela représente quelque 1 075 heures de cours et trois fois plus de travail à la maison. Ne s’improvise pas masso-kinésithérapeute qui veut !

Pouvez-vous nous expliquer la différence entre un massothérapeute et un masso-kinésithérapeute ?


En massothérapie, j’ai appris le massage suédois, une technique qui allie fermeté et douceur. L’enchaînement de différentes manœuvres appliquées sur les muscles ou les articulations sert entre autres à dissoudre les tensions, à raffermir les muscles et à relaxer.

De son côté, la kinésithérapie constitue une spécialité de la massothérapie par le mouvement. Son objectif est de redonner un mouvement normal à la partie du corps traité. On évalue et traite différents problèmes d’ordre biomécanique, comme les bursites et tendinites.

Après votre formation, quel est votre cheminement ?

J’ai d’abord travaillé dans un spa, puis pour un chiropraticien. Ensuite, j’ai décidé de louer un studio sur le Plateau-Mont-Royal. Mes affaires fonctionnaient bien : je suis arrivé à me monter une belle clientèle grâce au bouche-à-oreille. Mais je me suis rapidement rendu compte que la fibre entrepreneuriale n’est pas donnée à tous. Moi, le marketing, gérer ma page Facebook par exemple, ce n’est pas ma tasse de thé. Cela demande aussi de bien gérer l’instabilité financière.

C’est donc pour ces raisons que j’ai choisi de retourner travailler dans un spa, au Strøm spa nordique de l’Île-des-Sœurs, plus précisément, qui jouit d’une excellente réputation, tant pour les services offerts que pour ses qualités d’employeur. Après avoir été massothérapeute pendant trois ans en tant que travailleur autonome, j’ai été nommé chef massothérapeute. Depuis 2015, j’ai la chance de gérer une équipe de passionnés, en collaboration avec trois autres chefs masso.

En tant que chef massothérapeute, avez-vous encore le temps de masser ?


Jusqu’à tout récemment, je bloquais quelques heures par semaine à mon agenda afin de masser les clients qui me demandaient expressément. Mais depuis quelques mois, avec l’ouverture prochaine du Strøm spa à Québec et la formation des nouveaux chefs masso, le temps me manque.

Heureusement, je me réserve une journée par semaine à mon studio afin de garder la main et de satisfaire ma clientèle fidèle.

Selon vous, qu’est-ce qu’un bon massothérapeute ?


C’est quelqu’un qui aime les gens et les aider. Si tu n’as pas d’entregent et que tu n’es pas un aidant naturel, change de domaine. Il faut être à l’écoute de son client et savoir lui poser les bonnes questions. C’est aussi une personne qui voudra se perfectionner sans cesse, apprendre de nouvelles techniques, afin de remplir petit à petit son coffre à outils.

Est-ce que c’est important de rester à l’affût des nouvelles tendances ?


Tout à fait. C’est essentiel afin de répondre aux besoins de la clientèle. Si on ne lui offre pas ce qu’elle veut, elle ira tout simplement ailleurs.

Au Strøm spa, nous offrons depuis peu deux soins inédits : le massage lomi-lomi et le sauna Aufguss. Le lomi-lomi s’inspire de la sérénité de l’océan Pacifique. Ce massage hawaïen rappelle la douceur et la puissance des vagues grâce aux pressions glissées des avant-bras sur l’ensemble du corps. Une expérience à la fois relaxante et exotique !

De son côté, le sauna Aufguss est un véritable rituel au cours duquel un maître de sauna accompagne le client en cabine et verse un mélange spécial d’eau et d’huiles essentielles sur les pierres. Ensuite, il évacue la couche d’air isolante qui entoure le corps en remuant l’air avec une serviette de bain, ce qui procure un sentiment de chaleur supplémentaire.

Nous avons aussi créé le Massage Signature Strøm, qui reproduit l’expérience thermale (alternance de chaud et de froid) à l’aide d’un coquillage chaud et de deux pierres chaudes.

En terminant, qu’est-ce qui vous satisfait le plus dans votre métier ?


Il n’existe rien de plus gratifiant qu’un client qui te prend dans ses bras et te dit que c’est grâce à toi qu’il peut rejouer au tennis, sport qu’il avait délaissé depuis 5 ans parce qu’il avait trop mal à l’épaule.

Merci, Benoit, de votre générosité. C’est la première fois que je termine une entrevue aussi zen !

Myriam Bérubé